J’aurais voulu leur dire

Depuis une semaine, on est pu ensemble toi pis moi. J’ai pris la décision de mettre un terme à notre relation, pis criss que ça a été rough. C’est tough, parce que c’est pas parce que j’avais pu d’amour pour toi… mais parce que je t’aimais pu assez. Pu assez pour avoir envi de me battre pour rester, pu assez pour attendre que ça passe, parce que cette phrase là n’aurait juste jamais passer.

Les gens ont commencé à me demander pourquoi j’avais pris cette décision déchirante pis j’aurais voulu leur répondre en leur énumérant tous tes défauts, tes manies de marde pis l’attitude négative que t’avais à journée longue.

Mais j’aurais pas été franche. Ça aurait été me mentir à moi-même pis de vivre dans le déni de leur dire que t’es pas un bon gars.

J’aurais voulu leur dire que t’étais méchant avec moi, que tu me faisais du mal sans arrêt pis que ça te faisait plaisir de me voir blessée. Que tu commençais à devenir violent pis que tu me faisais peur par boute.

C’était pas ça la réalité. T’étais fin, toujours à l’écoute de mes besoins pis aux petits soins avec moi. Mon bonheur passait toujours avant le tien, peu importe la situation dans laquelle on se trouvait.

J’aurais aimé leur dire que t’étais jaloux possessif pis que c’était presque une maladie dans ton cas. Que tu me laissais rien faire sans toi, pis que de la confiance envers moi, bin t’en avais pas. J’aurais aimé leur dire que c’était pas sain comment tu te comportais avec moi, pis que j’avais pas le droit d’avoir des amis, sans que ce soient les tiens.

Mais j’leur aurais raconté n’importe quoi. Tu me faisais confiance pis ça te dérangeais pas que je passe du temps sans toi. Tu faisais tout pour que j’me sente bien, pis ça l’impliquait qu’on se voyait pas tous les jours pis qu’on passait du temps seul de nos bords une fois de temps en temps.

J’aurais voulu leur dire que ta fidélité était douteuse pis que t’étais toujours à la chasse d’une fille différente. Que ton cellulaire changeait de code sans arrêt quand t’avais un doute que je le connaissais. J’leur aurais aussi dit que tu voyais et textais pleins de filles dans ma face, mais que j’avais pas un criss de mot à dire.

À ce moment-là, j’me serais pas crue moi-même…pis personne l’aurait fait non plus. Si y’a un gars dans la vie qui avait des yeux que pour sa blonde, c’était toi. Pis jamais, au grand jamais, je pourrais dire le contraire.

J’aurais voulu leur dire que t’étais un bon à rien pis toutes les insultes inimaginables à ton sujet. Pas pour te descendre pis me remonter moi, mais juste parce que ça l’aurait été beaucoup plus facile.

Plus facile de dire tout ça pis de mettre notre séparation sur ta faute, au lieu de leur dire que ça marchait juste pus, pis que de l’amour pour toi, bin j’en avais pu autant. Que je t’aime encore beaucoup, mais que je suis simplement pu amoureuse.

La vérité, c’est que je nous ai perdus tous les deux en essayant de me chercher moi…

Publicités

Cette nuit, c’est encore arrivé

Cette nuit, c’est encore arrivé: je me suis réveillée par la force de ses cris et ses pleurs qui t’étaient destinés. Je dormais paisiblement, quand encore une fois, toi et ton égoïsme êtes venus tout gâcher. T’avais aucun remords, aucune conscience de ce que tu venais encore une fois lui imposer. Une nouvelle histoire, de nouveaux mensonges, d’autres raisons sans importances…ça tu en avais, à la tonne.

Cette nuit, c’est encore arrivé: t’es rentré à la maison en plein milieu de la nuit, alors que ton souper était prêt sur la table depuis 5h. T’as traversé la porte aux petites heures du matin, alors qu’elle t’a attendu jusqu’à minuit pour se coucher près de toi. T’es arrivé avec un nouvelle histoire à raconter et à inventer au fur et à mesure qu’elle te poserait des questions.

Hier soir, c’est encore arrivé: t’as fermé ton cellulaire, arrêter de donner signes de vie pis t’as laissé ta vie familiale derrière toi pour te remplir le nez, te détruire la tête petit à petit, pour te donner le buzz que tu cherches tant. T’es revenu à la maison en essayant de lui faire croire le contraire, alors que tes yeux croches, ta bouche sèche et ta faible allure te trahïssaient.

Mais à quoi t’as pensé? Comment as-tu pu rembarquer la dedans, alors que tout allait si bien entre vous deux, entre nous tous? Tu pouvais pas supporter le trop de positif dans ta vie j’imagine…c’était trop difficile à gérer que ce soit pas compliqué?

Cette nuit, c’est encore arrivé: toi et tes promesses à la con l’avez brisé, encore une fois. Vous avez abusé de sa confiance et de son amour, pour pensez juste à ta petite personne, sans même penser à ce qu’elle ressentirait. Toi et ton honnêté douteuse, avez perdu la dernière petite chance que vous aviez pour avoir une vie familiale auprès d’la femme que t’aime…

Pis tout ça mon gars, c’est ta faute.

À mon amie au coeur brisé

Ma belle amie, toi qui depuis un certains temps, change d’humeur constamment, sans avertissement et sans raison, toi qui s’imagine que de te retrouver seule en tout temps va arranger les choses, toi qui s’isole pour pleurer au lieu de te faire consoler, toi mon amie au coeur brisé, j’pense qu’on est dû pour se parler.

Je suis pas la mieux placée pour en parler, de ce gros chagrin d’amour-là, tu le sais, je le sais, mais j’espère que tu sais que j’peux tout de même essayer. J’espère que tu es au courant que t’es pas toute seule, malgré ce que tu peux ressentir, pis que je suis là pour toi, même si les mots me manquent la plupart du temps. J’souhaite que tu le saches que tu peux compter sur moi, n’importe quand, même si j’suis occupée, parce que rien me fait plus plaisir que de t’aider pis te soutenir quand t’en as besoin.

Ces temps-ci, tu feels pu, pis criss que j’trouve ça tough de te voir comme ça. J’aimerais ça revoir la fille que j’ai connu avant cette grosse peine-là, avant qu’il brise ton petit coeur fragile pis qu’il parte avec en courant. Je veux revoir la fille qui faisait exprès de dire n’importe quoi pour me faire rire, celle qui riait constamment pour rien, mon amie prête à tout pour le bonheur des autres…dans le fond, je veux juste que t’aille bien, comme avant.

Tu mérites d’être heureuse, vraiment. Tu mérites de trouver le bonheur pis d’arrêter d’être en permancence à sa recherche, d’enfin l’obtenir pis de pouvoir en abuser comme tu le souhaites. Je sais que s’pas facile, pis qui a des jours ou tu voudrais tout lâcher, mais tu mérites bien mieux que ça. C’est plus facile à dire qu’à faire tu vas me dire, pis t’as raison…mais fais le pour toi, anyway t’es bin plus belle avec ton vrai sourire pis ta bonne humeur pas forcée.

Si le gars que t’aime a pas été capable de le voir pis de prendre soin de toi comme tu le mérites, c’est pas ta faute pis ce le sera jamais. Montre lui ce que tu vaux, pour qu’il se rende compte du diamant qu’il a perdu, pour qui s’aperçoive enfin que de jouer avec tes sentiments pis de te niaiser plus souvent qu’autrement, a été sa plus grosse erreur.

À toi, mon amie au coeur brisé, sache que t’es pas toute seule, pis qu’on est toute là pour toi.

Tsé babe

Tsé babe, faut que t’arrête de me prendre pour acquise, pis que tu prennes soin de moi un petit peu plus qu’une fois de temps en temps. Je te demande pas d’être toujours là à temps pleins, parce que je serais pas capable de te donner autant de mon temps moi-même, mais juste d’être présent, un petit peu, souvent.

Tsé babe, je l’sais qui a pas juste moi dans ta vie, pis même si ça m’fait chier, jamais j’va te le démontrer, parce que oui, j’ai beaucoup trop d’orgueil pour ça, mais aussi parce que ça te ferait trop plaisir de savoir comment tu m’fais feeler en dedans. Je l’sais que ça remonterait ta petite estime personnelle, pis on va se le dire..t’as clairement pas besoin de ça pour qu’elle soit haute. Même si j’te le dirais jamais, j’le sais qu’à quelque part.. tu les ressens les feelings que j’ai dès que t’es prêt de moi. Maudit qui te font plaisir hein?

S’pa du love que j’ai pour toi, mais tu le sais que t’es bin important à mes yeux pis que j’frais beaucoup de choses pour ton bonheur, parce que ça m’fait du bien à moi aussi quand j’te vois heureux.

C’que j’veux que tu comprennes là-dedans, c’est que je veux pas être là juste quand tu feels pas pis que t’as besoin de quelqu’un pour te réconforter, j’veux pas être cte fille-là. Yé peut-être trop tard tu vas m’dire? Ouin.. Je le sais bin. Fallait quand même que j’ten parle un peu au cas où t’avais pas vu les choses comme moi je les vois. C’est correcte que tu m’parles juste aux petites heures du matin, j’capable de vivre avec, mais sache que j’attends un de tes messages bin avant le souper de mon côté. Faut que tu saches que t’es un de mes sujets préférés, parce que j’en ai tellement à raconter à ton sujet, contrairement à toi qui garde notre si belle amitié dans l’ombre. S’pas grave babe, t’inquiète pas.

J’ten veux pas, ou presque pas.

Malgré toute ça, sache que je vais toujours être là, même si ça me donne souvent pas grand chose en retour, j’men fou. J’tai promis que j’resterais peu importe les embûches pis c’est ce que je compte faire… Sauf si tu me rejettes comme t’as trop souvent l’habitude de faire. J’veux bin être là pour toi, mais faut que ce soit récriproque, babe.

On est lundi, l’heure sur mon téléphone affiche 12h05 pm, pis tu sais même pas à quel point j’ai hâte que minuit arrive pour voir apparaître ton nom sur mon cell, juste pour qu’on puisse jaser de nos journées pis que je fasse semblant que j’aime ça que tu jettes tes états d’âmes sur moi.

Tsé babe, j’ten veux pas d’être ce que t’es, j’men veux à moi-même d’accepter tout ça sans penser à moi là dedans.

Qu’est tu dirais? 

Si j’te dis que tu m’manques un peu plus chaque jour pis qui existe pas une journée depuis la dernière fois qu’on s’est parlé que j’pense pas à toi? Pis que toute la haine que je ressens envers toi pourra jamais être assez grande pour oublier le manque que j’ai face à toi? 

Qu’est ce tu dirais?

Si j’te disais que j’trouve ça tough de passer devant chez toi pis de pas arrêter te faire une surprise comme avant? Pis si j’te disais que ça m’fait mal de te croiser en char pis pas te saluer exagérément comme jle faisais avant? Ça te ferait quoi? De savoir que j’toublie pas pis que chaque petites choses dans mon quotidien me font penser à toi? T’en crisserais tu? Que j’te dise que de te voir heureux, avec le grand sourire sans ma présence dans ta vie me donne un goût amer dans la bouche? Que ça me met en criss que tu m’ignores chaque fois qu’on se croise quelque part? 

Qu’es tu dirais? 

De savoir que j’parle de toi au passé pis que j’fais comme si jamais je pourrais parler de toi au présent devant les autres?

Je sais pas comment t’as fait pour m’oublier vite de même (ou faire semblant) pis de pas m’avoir appelé au moins une fois pour prendre de mes nouvelles… Ça te dérange pas? De pas savoir ce que je fais pis ce que j’deviens? 

Qu’est tu dirais?

Si j’te disais qui manque rien dans ma vie, mis à part ta présence une fois de temps en temps? Que j’suis heureuse, mais qu’avec toi près de moi, j’srais comblée? J’te demande pas grand chose tsé… 

Sache que tu m’manques à moi, pis que jamais personne va pouvoir combler le manque qui m’habite face à toi. 

Pis toi, qu’est tu dirais si j’étais devant toi présentement pis que j’aurais eu le courage de te dire tout ça? 

T’as pas décroché

Ça fait un mois qu’on s’est pas parlé, qu’on a pas pris des nouvelles de l’autre pis qu’on vit notre vie chacun de notre bord bin soft comme si rien de tout ça nous derangerait..

Je parle au « on », mais dans le fond je le sais même pas comment toi tu deal avec ça. Je suppose pleins d’affaires, mais au fond s’tu vrai? Je le sais pas…pis ça m’fait chier. 

J’tai appelé hier, pi t’as pas décroché. Si tu savais comment ça m’a pris de courage pour composer ton numéro pis de laisser sonner sans raccrocher tout de suite. Si tu savais comment je me sentais en dedans, tu capoterais. Tu réaliserais peut-être à quel point je suis encore pleines d’espoirs malgré tout ce qui a pu nous arriver, pis qu’un signe de toi, bin j’attends juste ça. 


Je t’ai appelé hier pis t’as pas décroché. Faut que tu saches que jm’y en attendais un peu, mais j’ai espéré fort que tu prennes au moins le temps de rappeler. J’avais pas grand chose à te dire en fait.. Je voulais te dire que j’allais bien, que je pensais souvent (tout l’temps) à toi, pis que chaque journée qui passe est un jour de plus où j’attends que tu me fasses un signe. J’ai quasiment l’air d’une folle devant les autres à regarder mon téléphone tout le temps, mais c’est parce que j’espère toujours y voir ton nom apparaître dans le fond. 
Je t’ai appelé hier pis t’as pas décroché. S’tu parce que t’avais pas envi de me parler? S’tu parce que t’avais trop peur de ce que j’allais te dire ou de pas être capable de me répondre de quoi qui a de l’allure? Ou bin c’est peut-être parce que tu te serais senti encore plus mal en entendant ma voix de pas m’avoir appelé depuis un mois? Je le sais pas. Pis je le saurais pas tant que tu prendras pas l’initiative de m’appeler, parce que moi j’técoeurer de me battre pis de faire des efforts pour quelqu’un qui s’en caliss pis qui ferait pas le quart de ce que moi je fais sans rien demander en retour. 

Je t’ai appelé hier pis t’as pas décroché.                                 Scorrecte. 

Je veux juste que tu saches que moi, je décrocherais jamais de toi. Jamais. Même si je le voudrais, tu vas toujours faire partie de moi, comme je suis sencée faire partie de toi.. 

Tu m’manques, oublie pas que je t’aime stp


Fille, arrête ça

T’es une fille jalouse, peut-être un peu trop, mais c’est normal en amour tsé. Les amis de ton chum te surnomme la criss de folle, mais t’es tellement occupée à le surveiller, à le contrôler pis à penser au pire tout le temps que tu t’rends même pas compte que dans le fond, y’ont quand même un peu raison. 

T’es le genre de fille qui veut avoir le mot de passe de tous les comptes de ton chum, y compris celui de sa carte débit pour voir où il va pis combien y’a dépasser en achetant quoi. T’es le type de fille à le localiser en cachette sur son téléphone pour voir si l’habitude de te mentir y prend souvent… 

Mais le pire, c’est que tu le sais qui est pas de même pis que c’est clairement pas un trou de cul ton chum. Tu le sais, mais tu continues à assumer le rôle de la blonde folle, parce que même si tu le sais, ta tête en doute toujours un peu.

Il t’a jamais trompé, te dit toujours la vérité, parle pas à trop de filles depuis que vous êtes ensemble pis il fait pas mal tout pour toi, mais t’hésite encore à y faire confiance 


Fille, arrête ça.
Tu peux pas faire tout ça. Ça te donne rien d’agir comme ça en le privant de faire ce qu’il veut pis en le bombardant de questions quand y’arrive à maison. Je te jure fille. En le contrôlant de même pis en l’empêchant de faire ce qu’il veut quand ça y tente une fois de temps en temps, tu fais ink le faire fuire petit à petit. Il va finir par crisser le camp si t’arrête pas cte mode de vie malsain là. 

Reprend sur toi. Aie plus confiance en lui, mais en toi aussi.

Tout part de toi! C’est pas à lui de changer, parce qu’il fait rien de mal tsé. C’est ta job asteur de travailler sur ta confiance pis de laisser aller les choses. Ça l’amènera rien de bon à votre couple de forcer les choses pis d’empêcher l’autre de vivre sa vie quand t’es pas présente physiquement. C’est un peu comme quand tu sers un objet fragile trop fort dans tes mains… Si tu lâches pas prise un peu, il va finir par briser pis il pourra pu jamais revenir comme avant… Bin c’est pareil dans ton cas tsé.

Tsé fille, ça peut être vu comme quelque chose de bin cute la jalousie, mais ça peut être vu comme tout le contraire aussi. 

On dit que l’amour fait naître la jalousie, mais oublie jamais qu’au fond, la jalousie fait mourir l’amour aussi. 

Fek fille, arrête donc ça. 

La solution facile

Tu l’as pas toujours eu facile dans la vie, t’as rushé souvent par boute pi tu pensais même pas t’en sortir tellement que t’étais à terre. Tu voyais rien de positif à ta vie, pis j’peux comprendre, parce qu’on se cachera pas qui en avait pas beaucoup dans ta vie à ce moment là. T’arrivais pas à voir la lumière au bout de cte long tunnel là. C’est comme si t’avais été pogné dans le traffic assez longtemps pour penser que tu t’en sortirais pas, que t’étais définitivement pris là-dedans pis que la vie avait déjà choisi ton sort. 

Mais t’étais pas tout seul; t’avais des gens autour de toi, pas beaucoup, mais leur présence était assez suffisante pour que t’aille l’impression d’être entouré par la foule au Centre Bell pendant le match du Canadien. Y’avait de l’espoir pour toi, pour tous les changements de ta vie auxquels t’aurais fait face : y’en avait de l’espoir, jte le dis. Y’étaient une gang à vouloir t’aider: plus que toi-même tu le voulais. Ça aurait pas été la période de ta vie la plus rose, mais jte garantie que t’aurais été mieux, plus heureux. 

Mais au lieu de voir tout le bonheur pi la belle vie qui t’attendait au bout de cette passe plus rough-là, t’as decidé de prendre la solution facile… De te rembarquer dans ce qui te nuisait tant, ce qui fesait en sorte que t’étais pas heureux avant. T’as fait le choix, parce que oui t’avais le choix, de prendre la solution facile pour t’auto-détruire toi-même, de te rabaisser encore plus que tu l’étais. 
Tu le sais, je faisais partie des personnes qui auraient décroché la lune pour te voir heureux, mais toi, t’as craché dessus pis t’es redescendu à la case départ, sans vouloir te forcer pour monter les échelons avec moi à tes côtés. Je t’aurais aidé comme jamais pour te sortir de ce cercle vicieux là, j’aurais tout donner jte le dis…

On peut pas aider quelqu’un qui veut pas s’aider lui-même, pis c’est aujourd’hui que je l’ai compris. 

À toi, petite étoile

C’est rare que j’écris des textes personnels comme celui-là, mais ce soir en ayant appris ton décès, j’ai pas pu  m’empêcher de le faire; pas pu m’empêcher de m’exprimer sur la belle personne que tu étais.

On s’est connu au secondaire, mais on s’était jamais beaucoup parlé avant la dernière année de celui-ci. J’avais déjà remarqué, même avant de te cotoyer et d’avoir de vraies discussions avec toi, à quel point tu débordais d’énergie et de joie de vivre. On n’avait même pas besoin de te connaître personnellement pour savoir comment t’étais autant merveilleuse comme fille. Il suffisait de te regarder aller, pis on savait définitivement que t’étais quelqu’un de bien, quelqu’un qu’on veut dans notre vie. T’avais le don de répandre la joie autour de toi, de faire passer les autres avant de penser à toi. Tu voulais rien qu’une chose pis t’arrivais à le transmettre aux autres d’une si belle façon: profiter de la vie au maximum avec toujours le sourire. 

On pense toujours que ça arrive juste aux autres…mais cette fois-ci c’est pas le cas. T’as disparu si vite, sans avertissement que ça nous a tous donné un coup. Ça l’a chaviré tout le monde, même ceux qui ne te connaissaient pas; parce que tout le monde t’aimait. T’étais si attachante et t’avais tant d’humanité qu’on pouvait pas faire autrement que de t’aimer. La fille de party, toujours prête à fêter avec nous autres, mais aussi, la fille qui était capable de nous écouter se confier pis exprimer notre peine. Ton rire contagieux, maudit qui va me manquer. 

T’es pu là où t’étais, mais sache que t’es là où nous sommes tous. On pense tellement fort à toi ma belle, tu vas manquer à tellement de gens… C’est dans des moments comme celui-là qu’on se rend compte à quel point la vie est injuste. 

Malgré tout je veux que tu saches que le malheur de t’avoir perdu me fait pas oublier le bonheur que j’ai eu de t’avoir connu. Tu restes à jamais dans mes pensées, pis je te garantie que tu ne seras pas juste dans les miennes.

21-03-98 / 07-02-17 : Veille sur nous ma petite étoile, comme tu le faisais déjà si bien avant de nous quitter ainsi. 

T’es mon humain préféré

J’pensais jamais attribuer ce titre là à une personne avant de te rencontrer. Jte l’dis, j’croyais pas que c’était possible que ça m’arrive à moi d’aimer autant que ça. J’me disais que c’était le genre de chose qui arrivait ink aux autres pis que si jamais ça allait m’arriver, bin ce serait pas toute suite! J’y croyais pas, pas parce que c’était impossible, mais simplement parce que j’avais pas assez de confiance en moi-même pour accepter de la donner à quelqu’un d’autre que moi-même. 

Pi là; t’es arrivé de nulle part pis t’as toute fucké l’idée de moi-même que j’avais avant toi.

C’est fou hein? En un claquement de doigt, toi pi tes beaux yeux verts m’avez permis de changer la façon de me voir pis l’idée de marde que j’m’étais faite de moi-même. T’as fait en sorte que j’aille le goût de commencer à penser plus à moi pis de faire les choses pour que j’m’accepte enfin! Ça faisait longtemps que j’essayais, pis y’a rien qui marchait… 

Avoir su qu’il me fallait juste toi pi ton beau sourire pour y arriver, je me serais déniaisée bin plus vite!

Fek depuis que tu fais partie de ma petite routine quotidienne, ça feel bien en maudit, je me sens mieux pis j’ai toujours (bin oui, même après tout ce temps!) des papillons dans le ventre quand je te vois pis que ça faisait un petit moment qu’on s’était pas pas vu. Tu me fais toujours autant sourire alors que tu fais pas grand chose, pis j’te trouve toujours aussi cave quand tu fais des niaiseries pour atteindre ton seul but, me faire rire. 

Fek c’est ça, t’es mon humain préféré, 

Parce que tu me trouves plus belle quand j’suis démaquillée pis décrissée le matin,

Parce que t’arrive à me faire rire comme une folle alors que j’ai juste le goût de me morfondre,

Parce que tu me fais sentir belle peu importe le moment de la journée, même si personnellement, j’me sens comme une marde (bin oui!) 

Je pourrais t’énumérer une liste considérable de raisons qui finit pu pour être certaine que tu comprends bien…mais on l’sait tous les deux que s’pas nécessaire:

C’est bin trop évident que t’as l’titre d’être mon humain préféré dans ma vie. 

Je t’aime pis pas ink un peu ok?